Comment gérer les séparations ?

Séparation de l'enfant et du parent

La séparation est un sujet qui est au cœur de notre accueil en crèche, et auquel parents et enfants sont confrontés chaque jour. En effet, tous les matins, une séparation a lieu : celle de l’enfant et son parent qui l’accompagne à la micro crèche pour l’y laisser pour la journée.

Chaque séparation est différente, les réactions des enfants varient, en fonction du parent qui le dépose le matin, en fonction de son état de fatigue, de sa relation parfois « fusionnelle » ou non avec son parent…. Ainsi, certains parents sont étonnés de voir leur enfant pleurer et crier fort lors de la séparation, d’autres sont surpris au contraire que leur enfant soit serein.

La séparation à la micro crèche ; que cela implique-t-il ? Comment comprendre les réactions de pleurs des enfants ? Et surtout comment les accompagner en tant que parents, et en tant que professionnels ?
 

Se séparer : ce que ça implique

Un enfant qui n’a jamais été gardé en dehors de la maison par quelqu’un d’autre que ses parents ou sa famille, connait sa première véritable séparation lors de l’accueil à la micro-crèche. Cette séparation n’est pas anodine, à la fois pour le parent et pour l’enfant.

Pour le parent, c’est confier son enfant à d’autres personnes qu’il ne connait pas, par choix parfois, ou par obligation (la reprise du travail qui implique un nécessaire mode d’accueil). Pas évident, surtout si c’est la toute première séparation et que l’enfant est encore un nourrisson. Le parent peut appréhender cette séparation, être anxieux, et aussi triste de devoir laisser d’autres professionnels s’occuper de son enfant.

Pour l’enfant, les premières séparations sont tout autant difficiles. Se retrouver avec des visages inconnus, adultes et autres enfants, dans un lieu qui n’est pas familier, avec un lit différent, des odeurs, un environnement parfois bruyant… tout est nouveau pour lui, et s’y adapter peut parfois prendre du temps. Non seulement l’inconnu est angoissant pour lui, mais se séparer d’avec son parent, peut générer du stress difficile à gérer ;

Toutes ces émotions sont normales. C’est pour ces raisons que nous proposons à la micro-crèche une « semaine d’adaptation », lorsque nous accueillons un nouvel enfant, afin que parents, professionnels et enfant se rencontrent, apprennent à se connaitre, à se familiariser. L’objectif étant de générer un climat de confiance afin que tout le monde puisse se sentir à l’aise. Notre but est bien sûr que l’enfant se sente bien, mais également le parent. Car un parent serein entraine des séparations plus faciles, car l’enfant se sent rassuré. Au contraire, le stress du parent peut retentir sur l’enfant qui aura plus de mal à avoir confiance en ce nouvel environnement. Les enfants sont de véritables « éponges émotionnelles », et leurs réactions dépendent bien souvent de ce que peut ressentir le parent en l’amenant à la crèche.

Ainsi, les premières séparations peuvent chambouler enfants et parents, mais avec le temps, un accompagnement adapté, il n’y a pas de raison pour que cela se passe mal. Chacun finira par s’y retrouver, même si cela peut prendre du temps pour certains.
 

Les réactions à la séparation – les changements de réaction

Les nourrissons

En général, les nourrissons ne réagissent pas à la séparation… sauf s’ils ressentent de fortes angoisses venant du parent. Le tout petit bébé, en effet, ne se rend pas tellement compte des séparations. Il est heureux de retrouver son parent le soir, mais il n’a pas forcément conscience qu’il a été séparé et s’adapte très vite aux personnes s’occupant de lui. À partir du moment où ses besoins vitaux sont respectés, le nourrisson s’adapte facilement aux professionnels. Néanmoins, il existe une période pendant laquelle le bébé peut se mettre à réagir à chaque séparation, alors qu’il ne le faisait pas avant…cette période se situe entre 7 et 9 mois en général. Elle correspond à ce que l’on appelle « l’angoisse du 8e mois » (théorie mise en lumière par René Spitz).

« L’angoisse du 8e mois »

À cet âge-là, en effet, il y a une maturation du cerveau de l’enfant, qui l’amène à une prise de conscience de l’autre, et du coup des séparations. Quand il voit disparaitre un objet ou une personne de son champ de vision, cela signifie pour lui que cet objet ou cette personne n’existe plus. Un parent qu’il ne voit plus est pour lui un parent qui a disparu pour toujours, d’où son angoisse.

En outre, il commence à distinguer ce qui lui est familier et ce qui ne l’est pas. Il peut pleurer à l’approche de nouvelles personnes, alors qu’avant il était plutôt qualifié de « sociable ». Il reconnait les personnes qui se sont déjà occupées de lui et qui lui sont familières, mais il angoisse face aux nouveaux visages ou situations. Même avec les personnes qu’il connait déjà, comme les professionnelles qu’il voit tous les jours, il peut lui arriver de pleurer quand même à la séparation car il a besoin davantage de ses parents.

Cette maturation au niveau de la conscience de l’ « autre » génère donc de l’angoisse. Si l’enfant se met à réagir aux séparations alors qu’il ne le faisait pas auparavant, cela est donc tout à fait normal. Il est à noter également que c’est une période compliquée pour l’enfant, car il est à un stade où la motricité prend beaucoup de place, il est dans l’acquisition des postures, de la station assise notamment, et il est confronté à ses propres difficultés. Il grandit et prend conscience de beaucoup de choses. Pas étonnant alors si cette période est synonyme de plus de pleurs, moins de sommeil et une évolution dans ses rythmes. Si cela est possible, mieux vaut éviter les changements à ce moment-là.

Les plus grands…

Pour les enfants plus grands que nous accueillons, chacun a des réactions différentes. Certains, sereins, n’auront pas de difficultés à se séparer, alors que d’autres, moins sécures, marqueront la séparation avec des pleurs, cris… de manière impressionnante. Les parents sont parfois étonnés, ils nous disent souvent, lors de la période d’adaptation, que leur enfant n’a pas de problème pour se séparer. Pourquoi l’enfant réagit- il ainsi ? Tout simplement parce que se séparer ce n’est pas évident, à la fois pour lui et pour le parent. Les premières fois, l’enfant est confronté à l’inconnu (environnement, personnes, odeurs,…etc.), cet inconnu est angoissant.

Nous avons observé lors de nos expériences qu’un enfant qui ne marque pas ou plus la séparation ne veut pas dire qu’il ne la marquera pas plus tard. Il y a parfois des retours en arrière, durant lesquels l’enfant pleure de nouveau à la séparation. Et puis, cela dépend des jours… Comme nous adultes, certains jours, l’enfant se sent « bien » et gère moins bien le stress de la séparation. Il y a des périodes ou des jours où c’est plus difficile.

Pas de panique, cela ne veut pas dire que l’enfant est traumatisé ou qu’il est malheureux. Ce temps de pleurs ne dure jamais bien longtemps. L’accompagnement des professionnelles, les paroles et les jeux le rassurent. Ce moment de pleurs et de séparation est vite oublié. L’enfant profite de sa journée.

Il est alors important pour le parent de déculpabiliser sur le fait qu’il laisse son enfant à la crèche… plus l’enfant sent que son parent a du mal à le quitter, plus il risque de marquer la séparation. Certains parents attendent parfois que leur enfant marque la séparation ! Il arrive que l’enfant pleure « pour faire plaisir » à son parent, comme pour le « rassurer ».
 

Comment accompagner les séparations

Avant de venir à la crèche…

Il est important sur le trajet ou à la maison de prévenir son enfant qu’il va aller à la crèche pour la journée, que papa/maman va le confier car il doit aller travailler ou qu’il a des choses à faire.

Aborder cette séparation de manière positive aide aussi l’enfant à être rassuré. Plus le parent est serein, plus l’enfant l’est. Et puis on peut aussi lui parler des personnes / enfants qu’il va retrouver à la crèche. Le principal c’est de verbaliser !

Au moment de la séparation….

Bien prévenir l’enfant de son départ en lui disant « au revoir ».
L’enfant comprend très bien ce qu’on lui dit, même s’il ne comprend pas exactement les mots qu’on lui adresse. Il est essentiel alors de beaucoup parler à l’enfant, et lui expliquer qu’on le laisse mais qu’on reviendra. Cela permet de le rassurer. Ce discours sera tenu par le parent, puis repris par la professionnelle ensuite.

Une fois la séparation faite, il est important de ne pas revenir.
Car cela n’aide pas l’enfant à comprendre le départ. Il pense parfois que s’il pleure et crie encore plus fort, sa maman / son papa va revenir. Une fois le « au revoir » et le bisou fait, il est préférable alors de ne pas revenir et de partir, même s’il pleure. Pas évident, certes, mais les professionnelles sont là pour l’accompagner ensuite et lui apporter le réconfort et la réassurance dont il a besoin.

Il est nécessaire aussi d’accepter que son enfant pleure.
Il pleure car il marque qu’il n’est pas d’accord ou pas content que son parent le laisse. Mais c’est comme ça, et s’il pleure c’est parce que c’est un de ses seuls moyens pour s’exprimer ; Les parents peuvent être tranquillisés car cela ne dure jamais très longtemps.

Le temps de la séparation ne doit être ni trop court ni trop long.
Il est important de prendre le temps de se séparer, pourquoi pas entrer dans la pièce, faire un petit jeu avec lui. Mais il est préférable de ne pas rester trop longtemps car l’enfant peut penser que son parent va rester la journée, et la séparation risque d’en être plus dure.

Par le biais des jeux…

Certains jeux peuvent aider à se représenter la séparation, et à la vivre pour mieux l’appréhender.

Les jouets de « caché / coucou » permettent de voir que si quelque chose disparait, il revient. Les enfants, avant de bien intégrer la séparation et la réapparition, ont besoin d’être rassurés sur le fait que quelque chose / quelqu’un qui s’en va revient. Ces jeux de « caché coucou » et « je pars – je reviens » sont donc intéressants pour vivre ces moments-là.

Dans la même idée, l’adulte qui se cache (derrière un tissu, ou qui se cache le visage avec les mains…) et joue avec l’enfant à « coucou – me voilà » est un jeu qui fait beaucoup rire les enfants et les aide à prendre conscience de la disparition et la réapparition. Alors, abusez de ces jeux là avec vos enfants, ils n’en seront que ravis et mieux préparés aux séparations !

Si l’on devait conclure en ne gardant qu’une idée : soyez sereins, et votre enfant le sera !
 
 
L’équipe des « Lucioles »
 
 
retour aux articles